Sites et monuments à Palais-de-Justice

Meilleurs Sites et monuments à Palais-de-Justice (Marseille)

Sites et monuments à Palais-de-Justice

Types d'activités
Sites touristiques
Sites touristiques
Note de voyageurs
Quartiers
Conseillé pour
3 endroits triés d'après les favoris des voyageurs
  • Activités classées à l'aide des données Tripadvisor, dont les avis, les notes, le nombre de vues des pages et la localisation des utilisateurs.
Nous appliquons un processus de vérification des avis.
Comment Tripadvisor gère les avis
Avant d'être publié, chaque avis sur Tripadvisor passe par un système de suivi automatisé qui collecte des informations pour répondre aux questions suivantes : comment, quoi, où et quand. Si le système détecte des éléments allant à l'encontre du règlement de notre communauté, l'avis n'est pas mis en ligne.
Quand le système détecte un problème, l'avis peut être rejeté automatiquement, envoyé au contributeur pour validation ou transmis pour examen manuel à notre équipe de spécialistes de contenu, qui travaille 24 h/24 et 7 jours sur 7 pour préserver la qualité des avis sur notre site.
Notre équipe vérifie chaque avis publié sur le site signalé comme allant à l'encontre du règlement de notre communauté.
En savoir plus sur la modération de nos avis.

Ce qu'en disent les voyageurs

  • ClubEpicuriste
    Var, France5 338 contributions
    4,0 sur 5 bulles
    Notre historien, Victor, nous mène, au bas de la colline, de Norte Dame de la Garde, pour nous raconter l’histoire, d’un monument commémoratif, qui n’est autre qu’un char américain. Lors du débarquement, en Provence, de l’armée Française, le 15 août 1944, le général de Monsabert, commandant de la 3eme division d’Infanterie accompagné par le général Sudre, commandant de la 1ère Division Blindée Française, équipée de chars américains Sherman M4A4, foncent sur Marseille afin d’en libérer la ville de l’occupant Allemand. L’objectif du char Jeanne d’Arc était celui de Notre Dame de la Garde. Le 25 août 1944, parti du cours Pierre Puget et après avoir monté péniblement le boulevard Gazzino, le char arrive sur la montée de l’oratoire en face de Notre Dame de la Garde. Quatre autres chars le suivent, le Jourdan, le Joubert, le Joffre et le Jean Bart. Après avoir rebroussé chemin, dans la rue de Vauvenargues, ils arrivent à se frayer un passage par le Gazzino, actuel Boulevard André Aune. C’est vers midi que le Jeanne d’Arc, toujours en tête de file, débouche fièrement sur la montée de l’oratoire. Le char est pris sous un feu nourri, en provenance de la Basilique et du fort Saint Jean. La montée de l’oratoire se fait entièrement à découvert. Un tir intense de mitrailleuses et d’obus fait s’embraser la plage arrière du char, qui est garnie de sacs et paquetages. Le char est cloué sur place, au pied de l’enceinte de la Basilique. La seule issue est de reculer. L’incendie gagne l’intérieur de l’habitacle via le compartiment moteur. Le char est maintenant une véritable torche et, à bord, c’est la panique. L’équipage de cinq cuirassiers, est pris au piège, et le char continue de reculer jusqu’au mur du jardin Episcopal de l’archevêché de Marseille. Les occupants de la tourelle sont entourés de flammes. Seul le pilote, Antoine Riquelme, grièvement blessé, et le copilote, Georges Latour, traumatisé, arrivent à s’en extraire. Le char défonce le mur et plonge dans le jardin épiscopal. Les centaines de litres d’essence des réservoirs brûlent. Les flammes atteignent le stock d’obus. La tourelle du char est projetée en l’air par une violente explosion, à 14 h30 ‘.Le char va brûler, ainsi, pendant plus de 24 heures. Une odeur épouvantable flotte autour du char qui a explosé. Les cuirassiers, André, Keck, Maréchal des Logis, chef de char, Roger Guillot, Brigadier, radio-chargeur et Maurice Clément, Brigadier, tireur, sont tombés pour la libération de Notre Dame de La Garde, brûlés vifs dans leur char. L’épave, encore fumante, a été élinguée et retirée du jardin épiscopal, par un camion-grue, après la reddition de la garnison Allemande de Marseille. Reconstitué, il est, toujours, exposé à l’endroit où il fut détruit. Le Général commandant la 9e région Militaire, proposa au Ministre des Armées d’en faire, le don à la ville de Marseille, pour perpétuer le souvenir de l’une des phases, glorieuses, de la libération de la ville. La remise officielle du char à la ville, eut lieu le 28 août 1946, au cours de la cérémonie des fêtes commémoratives de la libération.
    Écrit le 1 mai 2024
    Cet avis est l'opinion subjective d'un membre de Tripadvisor et non l'avis de Tripadvisor LLC. Les avis sont soumis à des vérifications de la part de Tripadvisor.
  • clody59
    Lille, France3 229 contributions
    4,0 sur 5 bulles
    Place entourés de très beaux bâtiments et d'une Fontaine monumentale, datant du 19ème siècle est le symbole de la richesse.
    La fontaine représente Mercure et une sirène tenant une corne d'abondance pour illustrer cette richesse et des rostres entourant le bassin et reliés entre eux par des guirlandes de fleurs et de fruits. Les six rostres de la fontaine illustrent les quatre continents hormis l’Europe mais aussi les deux fleuves : le Rhône et la Durance.
    Écrit le 29 décembre 2021
    Cet avis est l'opinion subjective d'un membre de Tripadvisor et non l'avis de Tripadvisor LLC. Les avis sont soumis à des vérifications de la part de Tripadvisor.
  • michen34
    Paris, France22 966 contributions
    4,0 sur 5 bulles
    Le Cours Pierre Puget se trouve dans le quartier extrèmement touristique proche du vieux port, coté sud de celui ci
    Écrit le 8 novembre 2018
    Cet avis est l'opinion subjective d'un membre de Tripadvisor et non l'avis de Tripadvisor LLC. Les avis sont soumis à des vérifications de la part de Tripadvisor.
Tous les hôtels : MarseilleOffres sur les hôtels : MarseilleSéjours de dernière minute : Marseille
Marseille : toutes les activités
Excursions d'une journée à Marseille
RestaurantsVolsLocations vacancesRécits de voyageCroisièresVoitures de location