Kalimantan ou un vrai désastre écologique pour mon experienc

Je finis un voyage au Kalimantan avec 2 destinations Palangka Raya et Pangkalan Bun au Central Kalimantan. Et si j'écris cette revue, c'est pour m'étonner du nombre de revues positives sur le Kalimantan alors que l'Indonesie a déjà déforesté 80% de son territoire et que 80% des orangutans au Kalimantan ont disparu en conflit avec les ouvriers des plantations d'huiles de palme et où les mères sont tuées, car bien évidemment dangereuses si elles défendent leur petit, et ces derniers sont ensuite récupérés par les organisations de conservation dans le meilleur des cas, ou comme animal domestique dans une cage comme un perroquet. Je rappelle qu'un male orangoutan adulte a 8 fois la force d'un homme, et la femelle 4 fois. Dans les 2 villes, je suis partie en bateau le long des rivières pour voir évidemment des orangutans (pas vu à l'état sauvage) et d'autres animaux sauvages comme j'en avais vu en Malaisie. Et les 2 croisières ont duré 7 jours et vraiment je n'ai jamais vu cela. Le Tanjung National Park est vide de presque toute vie en bord de rivière, et nous avons vu des orangutans à la pelle, mais dans des "feeding stations" où une fois par jour, une association ou plutôt l'office de tourisme offre des bananes. Les orangutans ont chacun un nom, donc pour le côté sauvage c'est cuit. Les orangutans peuvent s'approcher très près de nous, on peut évidemment faire de belles photos car ils sont servis sur un plateau. J'aurais largement préféré des orangutans plus loin, de moins belles photos, mais des orangutans libres et non pas des animaux semi-domestiques qui rappliquent à l'heure convenue. Pour les rivières autour de Palanka Raya en direction de Tangkiling, je dirais que c'est pire avec des chercheurs d'or car cela s'ajoute à l'absence quasi totale de vie sauvage, aux iles où sont parqués les orangutans afin que le BOS décide si certains peuvent être relâchés dans les dernières forêts primaire de Borneo (donc positif mais est ce que ce sera suffisant pour sauver cette espèce?), dès lors qu'ils sont autonomes pour la nourriture et la façon de vivre d'un organgutan qu'ils ont du apprendre avec le BOS car la mère n'a pas eu le temps.

En bref, les 2 zones de rivières explorées sont déprimantes quand on connait la jungle :

1 - peu de vie sauvage sur la rivière - c'est mort et on s'ennuie à mourir donc 2 jours sont suffisants pour juger de l'ampleur du désastre

2 - orangutans semi domestiques , très photogéniques, mais loin de ce qu'ils méritent : une vie loin des hommes

3 - je n'ai vu aucune forêt primaire, uniquement une secondaire c'est à dire après la coupe de la forêt primaire avec de majestueux arbres centenaires qui abritaient une vie incroyable au delà des orangutans : autres singes, insectes, oiseaux, autres petits mammifères, reptiles. En ratiboisant 80% de ses forêts, l'Indonesie a autorisé des massacres de facto et on peut presque parler de génocide de millions d'animaux, sans parler les plantes. Et le Tanjung National Park a été ouvert après la coupe de tous les grands arbres en bord de rivière (ce que voient les touristes), est ce le comble du cynisme?

4 - pour finir, j'ai de "magnifiques" photos de chercheurs d'or sur les rivières vers Tangkiling et là c'est presque pire. des centaines de petits bateaux se déplacent sur la rivière, se fixent et récupèrent le lit de la rivière, c'est trié, tamisé dans une fumée noire d'enfer et très probablement les cailloux prometteurs sont concassés et le mercure est utilisé pour récupérer l'or. Comme en Guyane : c'est la méthode "économique" mais qui pollue les rivières avec le mercure qui est dangereux pour la santé et la reproduction et de nombreux villages n'ont ni électricité, ni eau courante et boivent donc l'eau de la rivière. En plus, ils balacent à l'eau le sable trié, et on peut voir des dunes sur les bords dans le meilleur des cas, mais aussi des rivières bloquées par les bancs de sable apportés par les chercheurs d'or.

J'ai écourté les 2 croisières car j'étais dégoûtée de ce que je voyais et des conséquences terribles.

On peut prendre la croisière comme un moment cool entre potes ou en couple, on se relaxe, on prend des bains de soleil mais ouvrez les yeux et regardez ce que vous avez devant vous : une nature dévastée, exploitée et loin de son état originel. A vous de voir, en ce qui me concerne, je ne mettrais plus les pieds au Kalimantan.